Fondation pour les Aires protégées et la biodiversité de Madagascar

Baobab

à Madagascar

Le terme "aire protégée" répond à des critères précis.

A l'international, le terme se réfère au système de catégorisation de l'UICN.

A Madagascar, il désigne des sites bénéficiant d'un statut officiel. Toutefois, la classification reste sensiblement la même que celle proposée par l'UICN.

Qu'est-ce que le SAPM ?

Outre les réserves naturelles Intégrales, les parcs nationaux et les réserves spéciales, le SAPM s’étend à d’autres types d’aires protégées comme les monuments naturels, les paysages terrestres/marins protégés et les

Aires protégées avec utilisation durable des ressources naturelles.

Suite au défi que s’est lancé le pays de tripler les aires protégées – passer de 1,7 millions hectares à 6 millions hectares – lors du Congrès international de Durban du 17 septembre 2003, le gouvernement a initié le SAPM ou Système des Aires Protégées de Madagascar qui regroupe à la fois les 47 parcs nationaux gérés par Madagascar National Parks (ex ANGAP) et les Nouvelles Aires Protégées (NAP). Fruit de la collaboration entre une commission spéciale et le Ministère de l’Environnement, des Eaux et Forêts et le Ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, le SAPM veut à la fois allier conservation durable de la biodiversité malagasy, réduction de la pauvreté et développement du pays. Plus précisément, le SAPM a pour objectifs de :

  • Conserver l’ensemble de la biodiversité unique de Madagascar, en particulier les écosystèmes, les espèces et la variabilité génétique ;
  • Mettre en valeur le patrimoine naturel et culturel, l’éducation et la recréation des citoyens et des visiteurs ;
  • Mettre en valeur la biodiversité par la recherche ;
  • Maintenir les services écologiques et  l’utilisation durable des ressources naturelles pour la réduction de la pauvreté et le développement ;
  • Conserver et valoriser le patrimoine culturel malgache ;
  • Promouvoir l’écotourisme ;
  • Distribuer équitablement les bénéfices générés par les ressources naturelles et
  • Apporter une contribution au développement économique et social en général par la conservation et l’utilisation durable des ressources naturelles.

A terme, le Système de Aires Protégées contribuera au :

  • maintien du climat (local et global)
  • à la protection de la santé humaine
  • à une distribution plus équitable des bénéfices générés par les ressources naturelles ;
  • à l’engagement de la société civile dans la bonne gouvernance et la gestion efficace des ressources naturelles renouvelables.