Sorry, you need to enable JavaScript to visit this website.

Fondation pour les Aires protégées et la biodiversité de Madagascar

Baobab

Nos actus

  • COMMUNIQUE DE PRESSE

    Léon Maxime Raelison RAJAOBELINA, premier Président de la Fondation pour les Aires Protégées et la Biodiversité de Madagascar (FAPBM), s’est éteint le jeudi 11 janvier 2017.  Pour Madagascar, une grande figure du microcosme économique, constamment au service de la Nation, s’est éteinte. Pour la Fondation, il s’agit de la perte de l’un de ses principaux piliers.

    À la genèse de la création de la FAPBM se trouve la conviction de ce grand homme sur l’urgence et la nécessité de préserver ce qui fonde la singularité de Madagascar : sa biodiversité. En 2001, fort de son engagement et de sa conscience des besoins d’un financement durable pour les aires protégées, Léon Rajaobelina a été le premier à intégrer le comité de pilotage pour la mise en place d’une structure pérenne destinée aux financements durables des aires protégées. Il n’a pas ménagé ses efforts pour convaincre les trois membres fondateurs de la FAPBM (WWF Madagascar, Conservation International et le Ministère de l’Environnement) pour que la Fondation puisse voir le jour en 2005.

    Le temps s’est égrené. Accompagnée par son président – fondateur, la Fondation pour les Aires Protégées et la Biodiversité de Madagascar a pu accroître son rôle dans la préservation des richesses naturelles de Madagascar. De ses premiers balbutiements à ses dernières réalisations, la FAPBM a toujours avancé sous l’œil attentif et bienveillant de son « papa », même après la fin de son mandat de Président du Conseil d’Administration en 2011.

    La Fondation pour les Aires Protégées pleure aujourd’hui le décès de ce grand homme dont le dynamisme et l’intelligence lui ont constamment insufflé de l’inspiration et de l’énergie afin qu’elle puisse accomplir sa mission. 

    Léon Rajaobelina, le président-fondateur, s’en est allé. Mais son empreinte demeurera gravée pour les générations actuelles et futures : la FAPBM, structure pérenne qui œuvre à ce que Madagascar puisse préserver ses trésors naturels, restera fidèle à ses valeurs et à son engagement.

  • À travers l’Impact Investing, la FAPBM renforce sa contribution au développement durable

    Créée en 2005 sous l'impulsion de l'État malgache, de Conservation International et de WWF, la Fondation pour les Aires Protégées et la Biodiversité de Madagascar (FAPBM) est une institution privée reconnue d'utilité publique. En 2015, la FAPBM a œuvré pour le financement de 31 aires protégées sur une superficie totale de plus de 3 millions d’hectares à partir des revenus de son capital, placé sur les marchés financiers internationaux. La FAPBM a tout récemment porté son capital à 70 millions de dollars, ce qui conforte son positionnement comme acteur clé dans le financement de la conservation de la biodiversité unique de Madagascar.

    Grâce à un mécanisme éprouvé, la FAPBM décuple les impacts des contributions de ses bailleurs de fonds : chaque dollar placé en faveur de la protection des aires protégées a des effets démultipliés sur l’économie malgache.

    • D’une part, la FAPBM finance de manière durable la conservation de la biodiversité, socle des services écosystémiques essentiels à l’existence et vitaux pour l’économie du pays. Ses subventions ont, par ailleurs, des répercussions positives directes sur près de 1 500 000 personnes ;
    • D’autre part, grâce à l’Impact Investing, la Fondation crée aussi des retombées positives sur la création d’emplois et l’économie du pays

    L’Impact Investing : un double impact sur le développement 

    Agir pour la conservation de la biodiversité peut en même temps soutenir l’économie : la FAPBM a décidé de s’engager dans cette voie à travers l’Impact Investing. Le quart du capital de la Fondation est dédié aux investissements tendant à créer des avantages sociaux et/ou environnementaux directement mesurables tout en générant un retour financier.

    À Madagascar, à travers un investissement de 2,25 millions d’euros dans le fonds ADENIA IV, la FAPBM soutient la création d’emplois sur la Grande Ile et l’économie nationale. Adenia Partners est une société de gestion de fonds de capital-investissement, spécialisée dans l’accompagnement des entreprises les plus prometteuses d’Afrique et de Madagascar, et qui est déjà intervenue dans Opham, l’Hôtel du Louvre, Newpack, Socolait, Fruid’Iles, Madagascar Litchis Export ou encore Orange Madagascar.

    La poche Impact Investing du portefeuille de la FAPBM, dont la constitution se poursuit, est également investie dans deux autres fonds :

    •       REAF II, qui investit dans le secteur des énergies renouvelables en Asie du Sud et du Sud-Est (solaire, éolien, hydraulique et biogaz)

    •       CASEIF III, qui apporte un soutien à des PME d’Amérique Centrale de différents secteurs (petite industrie, agro-alimentaire, énergie renouvelable, éducation) et qui favorise ainsi l’emploi (notamment féminin) et la production locale

    Au-delà de la conservation du capital naturel unique de Madagascar, facteur de levier pour le développement du pays, la FAPBM élargit donc ainsi son champ d’impact, agissant ainsi de manière tangible pour le développement durable.   

  • À travers l’Impact Investing, la FAPBM renforce sa contribution au développement durable

  • Les aires protégées équivalent à un rendement assuré

  • Madagascar Lemurs Portal : Bienvenue dans le monde des lémuriens!

  • Les Aires Protégées : solution naturelle face aux effets du changement climatiques

  • Le projet "bilingual book" : faites connaissance avec la biodiversité de Madagascar

Le baobab, l’arbre géant logotype de la Fondation, est représentatif de l’endémicité de la biodiversité de Madagascar. Sur les 8 espèces de baobab existant, 6 se trouvent, en effet, uniquement sur la Grande Ile.

Il y a maintenant plus de 10 ans (depuis 2005), la FAPBM s’active pour que, comme le baobab, la biodiversité et les aires protégées puissent jouir d’une longévité exceptionnelle (1000 ans pour le baobab!) et assumer ainsi leur rôle de support de la vie.

Créée sous l’impulsion de l’État malgache, de Conservation Internationale et de WWF et grâce à la confiance des bailleurs de fonds tels Conservation International, WWF, l’Agence Française de Développement (AFD), le Fonds Français pour l’Environnement Mondial, la KfW, le Fonds Environnemental Mondial, …, la FAPBM a pu agir pour la préservation de 31 aires protégées réparties sur 3 millions d’Hectares en 2015.

Accédez à notre espace téléchargement pour plus d'infos