NAP de Maromizaha

  • Statut: Nouvelle Aire Protégée
  • Promoteur: Groupe d'Etudes et de Recherche sur les Primates (GERP)
  • Superficie: 1880,8 hectares
  • Géolocalisation: Région Alaotra-Mangoro, Est de Madagascar
  • Financé depuis: 2015
  • Bénéficiant d’un statut de protection temporaire, cette Nouvelle aire protégée a été proposée dans la catégorie VI du classement de l’IUCN.

Maromizaha se trouve dans la Région d’Alaotra Mangoro, et s’étale dans le District de Moramanga. Maromizaha est vaste de 1.880 hectares. Elle se situe sur la façade orientale escarpée de l’île, surplombant la falaise Betsimisaraka. Elle est formée par un enchaînement de hautes collines séparées par des vallées étroites. Le relief y est très accidenté, les pentes sont fortes et en général supérieures à 40% et l’altitude varie entre 700 et 1000 m sauf sur le point culminant situé à 1213 m.

En termes de diversité, la flore de Maromizaha appartient à la zone éco floristique de l’Est et se compose de séries à Anthostema et à Myristicaceae de 0 à 800m, de séries à Weinmannia et à Tambourissa de 800 à1000m puis enfin de forêt humide.

La faune de Maromizaha compte 13 espèces de lémuriens diurnes (Varecia variegata editorium, Indri indri), 4 nocturnes (Daubentonia mad., Lepilemur microdon) et 2 cathémérales. On y rencontre 84 espèces d’oiseaux, 7 espèces de rongeurs, 10 espèces d’insectivores, 3 espèces de chiroptères 34 espèces  d’amphibiens, 25 espèces de reptiles et 800 espèces de lépidoptères nocturnes.

Les pressions telles que le feu sauvage, les pièges, la coupe sélective et les fours à charbon sont régulièrement enregistrées. S'ajoutent à cela également le défrichement et le charbonnage qui utilise trois principales sources : abattage des essences autochtones; souches d’arbres autochtones  dans la zone dégradée ; essences exotiques telles que les Eucalyptus.

Par ailleurs, afin de responsabiliser la population locale dans la conservation de la forêt, des pépinières villageoises ont été instaurées en Mai 2014. L’objectif est de produire des plants autochtones pour de futurs reboisements dans le cadre d’une reforestation des zones dégradées du corridor. Il en est de même pour la production de plants de girofle dans l’intention de vulgariser la culture de rente dans cette zone.

Région: 
Maromizaha