L'Aire Protégée de Marojejy

  • Statut : Parc National                                                                                                      
  • Promoteur : Madagascar National Parks
  • Superficie : 92 140 hectares
  • Population : 187 004 habitants
  • Géolocalisation : nord-est de Madagascar dans la région de SAVA
  • Financé depuis : 2007

Situé dans la partie Nord-est de Madagascar, entre les villes d’Andapa et de Sambava, le Parc National de Marojejy est un des massifs les plus majestueux de Madagascar. Il s’étend sur 92 140 Ha et est constitué d’une chaîne de montagnes qui culmine à une altitude de 2132 m.

Cette Aire Protégée est classée dans la catégorie II de la classification de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) et est gérée par l’équipe de Madagascar National Parks.

L’habitat du site est composé de forêt dense humide sempervirente de basse altitude (moins de 800m), de forêt dense humide de montagne (800-1400m), de forêt dense sclérophylle de haute-montagne (1400-1800m) et enfin de fourré montagnard (plus de 1800m). Ainsi le Parc National de Marojejy abrite une grande diversité d’espèces.

115 espèces d’oiseaux ont été recensées dont l’Eurycère de Prevost (Euryceros Prevostii) qui est endémique à Madagascar. Y vivent aussi 11 espèces de lémuriens dont le Propithecus candidus ou le Sifaka soyeux, qui est le lémurien emblématique du Parc. Ce dernier fait partie des 25 espèces de primates les plus menacées au monde sur la liste de l’UICN.

Le Parc National de Marojejy abrite aussi 148 espèces de reptiles et d’amphibiens, dont 16 endémiques de la grande montagne. Marojejy renferme à lui seul 33% des espèces de reptiles et amphibiens connus à Madagascar.

Quant à la flore, 305 espèces de Ptéridophytes dont six endémiques ont été inventoriées sur le massif de Marojejy. Ce qui place le parc au premier rang des aires protégées malgaches pour sa richesse spécifique en Ptéridophytes. Plus de 50  espèces de palmiers ont aussi été inventoriées. Ils sont particulièrement abondants dans les forêts de basse altitude mais restent présents jusqu’au sommet.

Par ailleurs, le Parc National de Marojejy subit des menaces telles que le braconnage qui est aujourd’hui à un niveau plus ou moins élevé. A cela s’ajoutent la coupe sélective, la chasse, le défrichement et le « tavy » ou culture sur brûlis. A noter que la croissance démographique aussi est un des facteurs de la dégradation du Parc. Le nombre d’habitants a triplé lors de ces trente dernières années. De ce fait, les terres cultivables se font rares et s’appauvrissent continuellement.

Région: 
Marojejy