Le Complexe Mangoky Ihotry

  • Statut : Nouvelle Aire Protégée
  • Promoteur : Asity Madagascar
  • Superficie : 315 000 Ha
  • Population : 225 000 Habitants
  • Géolocalisation : Sud-Ouest de Madagascar
  • Financé depuis : 2011

Le complexe de zones humides Mangoky-Ihotry se trouve dans la province de Toliara. D’une superficie de 315 000 ha, il fait partie du District de Morombe, sur la côte sud-ouest de Madagascar. Il est constitué par le Lac Ihotry et ses lacs environnants (sud), le Delta du fleuve Mangoky et l’espace maritime (nord) et les marécages aux environs de la route d’Ankiliabo et Nosy Ambositra (extrême Est).

De réserve de chasse (1970) à zone d’importance pour la conservation des oiseaux (ZICO, 1999), Mangoky-Ihotry est une nouvelle aire protégée classée dans la catégorie V de l’UICN. La gestion de l’aire protégée a principalement pour but d'assurer la conservation des paysages terrestres ou marins et de maintenir les valeurs culturelles et esthétiques, pouvant avoir des fins récréatives

Le Complexe assure la connectivité des aires protégées dans le sud-ouest de Madagascar (Kirindy-Mite, Menabe, Mikea, Tsimanampetsotsa), permettant des échanges génétiques et d’accroître les chances de survie des espèces au changement climatique.

Il abrite différents types d’habitats (rivières, mangrove, lacs et forêts) incluant des oiseaux d’eau (Threskiornis bernieri, Ardea humbloti, Ardeola idae, Anas bernieri). 114 espèces d’oiseaux y ont été répertoriées. D’autres espèces endémiques ont également été recensées telles que les Lemur catta et Propithecus verreauxi, le carnivore Cryptoprocta ferox, le poisson Paratilapia polleni ou encore la très menacée tortue Erymnochelys madagascariensis.

Quant à la diversité floristique, plus de 150 espèces réparties dans 50 familles ont été répertoriées dans l’ensemble des écosystèmes terrestres de la nouvelle aire protégée de Mangoky-Ihotry.  7% de ces espèces floristiques présentent un statut menacé selon l’UICN et 99% ont une valeur d’usage pour la population (plante comestible, plante médicinale, plante à usage traditionnelle…).

La principale menace sur ces zones humides réside dans les pratiques agricoles locales qui consistent à raser la végétation aquatique entourant les zones humides. Ces pratiques induisent plusieurs effets néfastes : changement de la qualité des eaux, réduction du rôle écologique de la végétation aquatique, augmentation de la vulnérabilité de certaines espèces (oiseaux, organismes…).

Plus généralement, la pratique de l’agriculture itinérante constitue une cause principale de déforestation dans la région. Mais le Complexe est également menacé par la surpêche (matériels inadéquats, pêche hors saison), le braconnage, et l’exploitation sélective de certaines espèces végétales (palétuviers).

Région: 
Mangoky Ihotry